Premier bassin 
d'expédition d'huîtres d'Europe

■ réparti sur 64 communes
■ 3000 hectares de parcs en mer 
■ 2000 hectares de claires 
■ plus de 1000 établissements ostréicoles 
■ 5000 emplois en temps plein
■ des milliers de familles qui vivent au rythme des marées, été comme hiver et façonnent avec un savoir-faire inégalé 40 000 tonnes d’huîtres chaque année....

’Huître Charente Maritimeest riche d’oligo-éléments, de zinc, de sélénium, de cuivre. Elle apporte toutes les vitamines et acides gras nécessaires et recommandés pour une alimentation saine et équilibrée. 

Les huîtres se conservent au frais dans une cave fraîche et aérée, sur une fenêtre ou un balcon s’il ne reçoivent pas le soleil et si la température extérieure n’est pas inférieure à -2°c, dans le bac à légumes d’un réfrigérateur. Il est préférable d’ouvrir les huîtres au dernier moment et de jeter la première eau. 

Délicieuse à consommer crue nature, avec un soupçon de citron, de vinaigre échalote ou encore à cuisiner chaude pochée, gratinée, en beignet, à la cheminée / au barbecue.

HCM, ça sonne à l'oreille comme une marque de prêt-à-porter. Prévoyez plutôt la rondelle de citron car HCM signifie Huîtres Charente-Maritime et le sigle est apparu sur les bourriches de Noël, époque où les ostréiculteurs vendent alors en quinze jours les deux tiers de leur production. La marque a été officiellement lancée par la section régionale conchylicole Poitou-Charentes au début du mois. La tendance chez les consommateurs est plutôt aux dépenses comptées alors que justement, le prix des coquillages a grimpé depuis deux ou trois ans. La profession se devait donc d'envisager une forte action commerciale. «Nos pertuis représentent la plus grande nursery d'huîtres d'Europe et nous sommes d'ailleurs le premier bassin producteur du continent, sinon du monde! Nous pesons un millier d'entreprises et 45.000 tonnes par an», déclare Gérald Viaud, président de la section régionale conchylicole Poitou-Charentes.

«Même appartenance à un terroir»

Il y a encore peu, il existait deux sections sur le littoral charentais, Ré-Centre-Ouest et Marennes- Oléron, la seconde snobant légèrement la première. «Nous sommes désormais tous rassemblés et la marque HCM témoigne de cette même appartenance à un terroir.» Le nom de Marennes-Oléron, lui, est à la fois protégé et soumis au cahier des charges d'une IGP (Indication géographique protégée). «Mais ça ne concerne que vingt-sept communes du littoral charentais», souligne Gérald Viaud. Les 300 entreprises de ce périmètre peuvent aussi prétendre au label rouge accordé à deux qualités de produit, les fines de claire et les pousses en claire. Reste qu'un label, c'est aussi une série de contraintes et y compris dans le bassin concerné, bien des coquillages ne relèvent pas de ces critères. «Moi-même qui suis à Chaillevette et donc dans l'IGP, je ne commercialise pas toutes mes huîtres sous le nom Marennes-Oléron», déclare Gérald Viaud. Autrement dit, la marque HCM permettra désormais de distinguer tout ce qui n'a pas le label tout en provenant «de cet excellent terroir, si favorable à l'huître et qui lui confère ce goût unique», s'enflamme le président de la section régionale conchilycole Poitou-Charentes