iche produiMéthode d’obtention Affinage en claires pendant 28 jours minimum (de novembre à mars) à 3Kg/m² maximum

  • Produit Forme homogène Peu charnue, manteau translucide Branchies vertes ou blanches Odeur agréable, marine Goût affiné, terroir de claires Saveur équilibrée en sel Consistance molle Longueur en bouche courte

  • Consommateur Amateur d’huître peu charnue, riche en eau, au goût affiné

  • a Fine de Claire est le produit préféré des consommateurs qui apprécient les huîtres peu charnues. 
    Pendant plusieurs semaines, elle va s’affiner dans les claires, ces bassins argileux peu profonds, qui vont lui permettre d’acquérir une qualité de coquille supérieure à une huître Fine de pleine mer. 
    C’est aussi lors de l’affinage dans les claires du bassin de Marennes Oléron que l’huître ajoute à sa saveur marine la subtilité d’un goût de terroir. C’est l’huître que choisira l’amateur qui apprécie les huîtres riches en eau et équilibrées en saveurs

  • Premier produit de la mer labélisé en 1989
    Produit de qualité supérieure, la Fine de Claire Verte Label Rouge, label officiel décerné par le Ministère de l’Agriculture Française, est soumise à des normes de contrôle très exigeantes. 
    La Fine de Claire Verte est le produit préféré des consommateurs qui apprécient les huîtres peu charnues.
    Pendant plusieurs semaines, elle va s’affiner dans les claires, ces bassins argileux peu profonds, qui vont lui permettre d’acquérir une qualité de coquille supérieure à une huître Fine de pleine mer.
    C’est aussi lors de l’affinage dans les claires du bassin de Marennes Oléron que l’huître ajoute à sa saveur marine la subtilité d’un goût de terroir. C’est l’huître que choisira l’amateur qui apprécie les huîtres riches en eau et équilibrées en saveurs. 
    La Fine de Claire Verte Label Rouge doit présenter une teinte verte caractéristique des branchies, témoignage de son verdissement en claire.
    Sa couleur verte tant appréciée des consommateurs est obtenue grâce à la présence dans les Claires de la navicule bleue, une micro algue filtrée par l’huître qui en retient le pigment, la marennine. 
    Cette huître exceptionnelle est commercialisée d’octobre à mai pour respecter son cycle de reproduction, ce qui la garantit non laiteuse.

  • C’est une huitre que l’ostréiculteur a sélectionné avant l’affinage pour sa forme régulière, sa rondeur et son épaisseur. 
    Sa concavité, plus prononcée, annonce un volume de chair plus important. 
    A la dégustation, la spéciale de claire se distingue de la fine de claire par la consistance plus affirmée de sa chair, son volume en bouche, un remarquable équilibre entre douceur et salinité. 
    Pendant plusieurs semaines, elle va s’affiner dans les claires, ces bassins argileux peu profonds, qui vont lui permettre d’acquérir une qualité de coquille supérieure à une huître Spéciale de pleine mer. 
    C’est aussi lors de l’affinage dans les claires du bassin de Marennes Oléron que l’huître ajoute à sa saveur marine la subtilité d’un goût de terroir qui se prolonge longtemps en bouche.
    C’est l’huître que choisira l’amateur qui apprécie les huîtres charnues et équ

  • a Pousse en Claire Label Rouge, produit d’exception et fierté des ostréiculteurs, a longtemps été diffusée de manière confidentielle, réservée à une clientèle d’initiés.
    Aujourd’hui, cette huître haut de gamme et fer de lance de Marennes Oléron est produite par quelques professionnels avertis.
    Elevée à très faible densité, au maximum 5 au m² dans la claire où elle séjourne durant quatre à huit mois, elle pousse en formant sur sa coquille des dentelles caractéristiques appelées lignes de pousse.
    Pendant son séjour dans les claires, l’huitre va atteindre un taux de chair élevé et une fermeté croquante, ainsi qu’un goût de terroir prononcé long en bouche. 
    Des études organoleptiques ont été menées pour définir le goût de cette Pousse en Claire Label Rouge, sans conteste, l’huître la plus typée de la gamme Marennes Oléron. 
    C’est l’huître des grands moments.

  • L’huître possède un corps mou. Elle ne peut se déplacer par elle-même. Cette caractéristique met l’huître en danger face à des prédateurs. Elle ne peut fuir. Heureusement, la nature l’a doté de deux coquilles qui se referment de manière complètement hermétique. Cela lui permet de rester vivante jusqu’à votre table.

    Alimentation

    Pour s’alimenter, l’huître a développé un système de filtration de l’eau de mer par l’intermédiaire de branchies qui lui permettent de trier les particules mais aussi de respirer. L’huître est herbivore. Elle se développe dans des eaux riches en micro algues, le phytoplancton, utiles à sa croissance et à sa reproduction. Une fois le phytoplancton capturé par les branchies, celui-ci est amené à la bouche. Pour faciliter la digestion, l’huître a développé un pilon pour broyer l’enveloppe en silice des algues.

    La reproduction

    Survivre est le destin de toute espèce et pour l’huître, impossible d’aller chercher un compagnon pour se reproduire. Les huîtres ont besoin d’être en groupe pour assurer leur descendance. Chaque printemps, les huîtres profitent de la température de l’eau et du nouveau phytoplancton pour maturer. En été, les huîtres arrivent à terme et expulsent leurs cellules reproductrices mâles ou femelles dans l’eau. La fécondation est immédiate. Pendant trois semaines, les nouvelles petites huîtres, ou larves, vont se développer en suivant les courants. Lorsqu’elles atteignent un tiers de millimètre, les larves vont choisir un support auquel s’accrocher en sécrétant une goutte de « ciment » naturel. La larve ainsi fixée s’appellera maintenant naissain et commencera sa vie …bien à l’abri entre ses deux coquilles.